pourquoi ce blog ?

Pour donner une autre image que celle donnée par la politique de l'immigration québecoise à travers les différents médias ! Québec Inside, le Québec vu de l'intérieur...
TOUS LES ARTICLES ONT ÉTÉ ÉCRITS PAR DES JOURNALISTES QUÉBECOIS...
L'herbe est toujours plus verte ailleurs... jusqu'à ce qu'on s’aperçoive que c'est du gazon artificiel!

Catégories: cliquer sur un thème.

samedi 7 février 2015

Immigration au Québec: réforme majeure à venir

Publié le 25 janvier 2015
pour lire l'article sur le site...cliquez ici !
 La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil.... (PHOTO ARCHIVES, LA PRESSE)

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil.
PHOTO ARCHIVES, LA PRESSE

Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC
Une réforme majeure de l'immigration, en partie inspirée par Ottawa, est en préparation au Québec.
Le temps est venu de remettre en question le modèle québécois d'immigration, d'examiner la façon dont le Québec sélectionne, accueille et intègre les étrangers au marché du travail, selon la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, qui entreprend mercredi un marathon de consultations qui durera toute l'année.
En entrevue à La Presse Canadienne, la ministre Weil s'est dite prête à entreprendre une «grande réforme» de la relation entretenue entre la société québécoise et les étrangers qui déposent leurs valises chez nous, un processus qui entraînera une révision en profondeur de la loi québécoise de l'immigration, d'ici la fin de l'année.
Tout est sur la table: notamment, le modèle «unique en Amérique du Nord» fondé sur l'interculturalisme, un concept qui devra être mieux défini et «compris» par la population, le nombre d'immigrants accueillis chaque année, le mode de sélection, les pays privilégiés, l'importance accordée à la connaissance du français à l'arrivée, les cours de francisation, la reconnaissance des compétences acquises à l'étranger, la régionalisation et le partage de valeurs communes.
La ministre veut un vaste débat et promet de se montrer «très ouverte à tout ce qui va être proposé».
Cependant, l'accent sera mis sur l'économie, par une meilleure adéquation entre le recrutement des immigrants et les besoins de main-d'oeuvre. La clé: dénicher les candidats ayant le bon profil pour occuper les emplois vacants. En cela, Québec s'inspirera d'Ottawa.
L'an dernier, le gouvernement fédéral a entrepris une réforme de son modèle de sélection des immigrants, dorénavant axé essentiellement sur les emplois disponibles au Canada. Chaque candidat doit produire une «déclaration d'intérêt» révélant ses aptitudes à répondre aux attentes des employeurs.
La ministre Weil dit vouloir s'approprier ce modèle. Là «où je veux me rendre, c'est un système d'immigration basé sur le modèle canadien», a-t-elle soutenu.
En 2013, au Québec, le taux de chômage chez les nouveaux arrivants était de 11,6 %, soit quatre points plus élevé que dans la population en général. Pourtant, la majorité d'entre eux sont très scolarisés: 57 % comptent au moins 14 années d'études.
Les employeurs seront donc invités à préciser de façon plus pointue leurs besoins de main-d'oeuvre et définir le profil du travailleur qualifié idéal à attirer chez nous, secteur par secteur, région par région. Et les ordres professionnels seront conviés à mieux considérer les diplômes acquis à l'étranger.
Cela semble d'autant plus important à une époque où la recherche d'immigrants qualifiés est «beaucoup plus compétitive» que par le passé, commente la ministre.
La consultation publique sur la future politique d'immigration - l'actuelle politique date de 25 ans - débute mercredi à l'Assemblée nationale. Une cinquantaine d'intervenants y défileront au cours des prochaines semaines.
Suivra une autre consultation plus spécifique sur deux aspects délicats du dossier: les volumes et les bassins démographiques. En clair, il s'agit de déterminer le nombre d'immigrants qu'on souhaite accueillir chaque année et leur provenance.
Chaque année, entre 50 000 et 55 000 étrangers (51 959 en 2013) s'installent au Québec. L'Afrique - au premier chef le Maghreb - constitue le principal bassin de recrutement. De 2009 à 2013, un immigrant sur cinq (21 %) provenait d'Algérie ou du Maroc.
Au terme de ces consultations, la ministre produira sa nouvelle politique, qui sera accompagnée d'un plan d'action.
Enfin, à l'automne, point d'orgue de la réforme, la ministre déposera un projet de loi visant à «moderniser» la loi actuelle, «qui est vraiment désuète». Ce sera le «dernier morceau de cette grande réforme», une pièce «absolument fondamentale» du casse-tête.
Français
Un des défis du gouvernement sera de préciser quelle place donner à la connaissance du français avant d'atterrir au Québec et l'importance à accorder aux cours de francisation.
À leur arrivée au Québec, près de la moitié (43 %) des immigrants ne connaissent pas un mot de français.
«Qu'est-ce qu'on peut faire pour aller encore plus loin?», et faire du français «le ciment», la langue commune au Québec, s'interroge la ministre, se disant bien consciente que les immigrants doivent avoir un «niveau de français adéquat» pour dénicher un emploi, clé d'une intégration réussie.
Le souhait de voir les nouveaux arrivants préférer la Côte-Nord ou la Gaspésie à Montréal constituera un autre enjeu de la consultation, quand on sait que trois immigrants sur quatre s'installent dans la grande région de Montréal.
Pour remédier à cette situation, Mme Weil dit vouloir mettre à contribution les maires, qui doivent jouer «un rôle accru» pour attirer les étrangers dans leur région.
La finalité de tout ce chambardement sera d'assurer «la pleine participation de tous et chacun à la société québécoise», résume Mme Weil.
Le visage du Québec change: en une décennie, de 2001 à 2011, la proportion d'immigrants est passée de 9,9 % à 12,6 %.

Immigration: la SSJB réclame une augmentation des candidats francophones

Publié le 05 février 2015
La SSJBM craint que le gouvernement Couillard «ne se donne aucun objectif quantitatif et qualitatif pour arrêter l'anglicisation en cours», malgré la baisse «drastique» de la proportion de francophones annoncée pour les décennies à venir «par tous les démographes».
PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE


Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le gouvernement Couillard doit recruter davantage d'immigrants francophones pour contrer le recul du français au Québec, selon la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM).
Québec devrait donc, en toute logique, accorder davantage de points à la connaissance du français au moment de recruter des candidats à l'étranger, de manière à freiner cette tendance.
À l'inverse, les points alloués par Québec à la connaissance de l'anglais ne devraient être réservés qu'aux seuls candidats affichant déjà une excellente maîtrise du français.
Car Montréal s'anglicise et il est grand temps d'agir afin de maintenir le poids démographique du français au Québec, a plaidé le président de l'organisme, Maxime Laporte, jeudi, devant la commission parlementaire qui se penche sur la future politique d'immigration du Québec.
«La cause première de tout ça, c'est peut-être un manque de volonté ou un aveuglement volontaire par rapport à la situation» de la part du gouvernement, a commenté en point de presse M. Laporte, en faisant valoir que «toutes les données, toutes les études» démographiques confirmaient pourtant le phénomène de l'anglicisation de Montréal.
La proportion d'immigrants connaissant le français avant de poser le pied au Québec devra donc être plus importante pour assurer la pérennité de la langue française, aux yeux de la SSJBM.
Elle demande au gouvernement de se fixer comme objectif que 81% de la population québécoise soit de langue maternelle française en 2025.
Chez les immigrants, la proportion de francophones devrait grimper de 82 à 89%, tandis que celle des anglophones devrait chuter de 17 à 11%.
À l'heure actuelle, bon an mal an, environ 40% des immigrants ne parlent pas un mot de français en arrivant au Québec. Or, il est fort difficile d'intégrer ces nouveaux arrivants en français, malgré l'offre de cours de francisation, selon M. Laporte.
«Tranquillement, on assiste à un phénomène d'affaiblissement de la langue française comme langue publique commune, comme langue de travail, comme langue d'affichage», a-t-il soutenu.
Les budgets alloués par Québec à la francisation devraient aussi être mieux arrimés au nombre de nouveaux arrivants non francophones, selon la SSJBM. Ainsi, si les budgets de francisation sont coupés, la proportion de non-francophones devrait être réduite d'autant parmi les candidats recrutés à l'étranger.
Ainsi, Québec devrait s'obliger légalement à réduire le nombre d'immigrants qui ne parlent pas français «en fonction d'un éventuel rétrécissement du budget alloué à la francisation», peut-on lire dans le mémoire préparé par l'organisme.
La SSJBM craint que le gouvernement Couillard «ne se donne aucun objectif quantitatif et qualitatif pour arrêter l'anglicisation en cours», malgré la baisse «drastique» de la proportion de francophones annoncée pour les décennies à venir «par tous les démographes».

samedi 16 août 2014

VIVRE AU QUEBEC, c'est...

 
Voici un article de Richard Martineau : Plus pertinent que ça, tu meurs !!!
Ça ne peut pas être plus vrai que ça. Prenez le temps de lire ce texte, vous allez rire pour ne pas pleurer !
Une époque formidable,,,,,,, vivre au Québec
Richard Martineau
On vit à une époque formidable, vous ne trouvez pas ? Vous payez des impôts pour financer le système d'éducation, mais vous devez payer une école privée à vos enfants, car le système d'éducation est tout croche.
Vous payez des impôts pour financer le système de santé, mais vous devez aller vous faire traiter dans une clinique privée, car le système de santé est tout croche.
AJOUTER L'INSULTE À L'INJURE
Vous payez des impôts pour former de nouveaux médecins, mais quand ces médecins obtiennent leur diplôme grâce à votre générosité, ils lèvent les feutres et déménagent dans un autre pays.
Vous payez des taxes scolaires pour financer les écoles de votre région, mais les gens qui sont censés prendre votre argent et le redonner aux institutions partent avec votre fric, jouent à la Bourse et perdent 35 millions de dollars.
Vous travaillez fort toute votre vie, vous confiez votre régime de retraite à la Caisse de dépôt et placement du Québec, le patron de la Caisse dilapide votre fric dans des placements à haut risque, mais avant que le bateau ne coule,
il empoche 379 000 $ en boni, saute dans un canot de sauvetage et se trouve un emploi à Power Corporation, qui lui attribue une prime de 800 000 actions.Et comme si ce n'était pas suffisant, le nouveau patron de la Caisse de dépôt
rencontre les principaux directeurs de Québec Inc. dans les bureaux du nouvel employeur de son prédécesseur, qui a crissé la Caisse à terre !Un chausson, avec ça ?
LA MAIN DANS NOS POCHES
Le gouvernement va dépenser deux milliards de dollars pour financer un méga-hôpital, mais vous devrez y aller en métro, car il n'y aura pas de places de stationnement.Un syndicat qui ne vous viendra jamais en aide si vous perdez
votre job vous demande de quitter votre job pour lui venir en aide. Si vous dites que ce n'est pas très logique, il vous harcèlera et criera à qui veut l'entendre que vous manquez de solidarité.
L'État prend votre argent pour rénover un casino qui prendra votre argent pour le redonner à l'État qui augmentera la TVQ afin de prendre votre argent pour acheter une loge au Centre Bell, histoire d'améliorer les relations d'affaires
de la SAQ et d'Hydro-Québec et ainsi leur permettre de prendre encore plus d'argent dans vos poches.
Les municipalités prennent de l'argent dans vos poches pour placer des policiers dans des pièges à contraventions afin qu'ils puissent prendre plus d'argent dans vos poches.
BIENVENUE AU QUÉBEC
L'État prend de l'argent dans vos poches pour financer des programmes contre le surendettement, puis s'endette.L'État prend de l'argent dans vos poches pour financer des campagnes de bonne alimentation, puis finance une agriculture
qui vous rend malade.Un conseil : vous avez des amis étrangers qui n'ont jamais vu le Québec ? Invitez-les cette semaine.Ils verront le Québec dans toute sa splendeur, dans toute sa magnificence.
Des contribuables pressés comme des citrons, un État qui gaspille des milliards de dollars dans des projets insensés, un système syndical qui se croit encore dans les années 70 et des gestionnaires qui jouent à la roulette avec l'argent des autres.
Quinze ans après sa publication, le titre du pamphlet d'Hélène Jutras est toujours pertinent : Le Québec me tue.
HEY ! on fait dur en maudit au Québec !!!!!!!!!